Maîtrise de l’énergie à l’intérieur de la Guyane

Le raccordement des communes de l’intérieur de la Guyane

10 communes sur les 22 que compte la Guyane, ne sont pas raccordées au réseau électrique du littoral. Ces communes, qui sont les 10 plus vastes de France, ont aussi en leur sein d’autres sites isolés. Il y a ainsi 19 centrales électriques autonomes qui alimentent les 9 bourgs et 10 hameaux. À cela s’ajoutent des générateurs solaires autonomes dans les petits villages ou les sites touristiques.

Mobilité et impact sur la consommation énergétique

Le Bureau de recherches géologiques et minières avait recensé il y a près de 20 ans 200 lieux d’habitation sur les 5 communes du Maroni.
8 des 22 communes ne sont pas accessibles par la route, mais par voie fluviale et aérienne (3 communes sur chaque fleuve frontalier, ainsi que Saint-Elie) ou uniquement aérienne (Saül).
Les marchandises et les personnes sont principalement transportées par des pirogues, dont la consommation est très élevée, proche de celle d’un hélicoptère : environ 40 L/100 km par tonne transportée ou encore 10 L/100 km par passager !
Ainsi, la desserte de l’intérieur (fluvial et aérien) représentait 18 % de la consommation des transports locaux en 2015, pour 11 % de la population, avec une mobilité qui reste contrainte.

Objectif et missions de l’ADEME

L’ADEME en Guyane accompagne les territoires dans leur recherche d’efficacité énergétique par le biais de plusieurs actions :

  • sensibiliser la population sur les économies d’énergie ;
  • développer des relais qui vont porter les actions de sensibilisation auprès des habitants en s’adaptant à leurs enjeux et problématiques ;
  • accompagner techniquement et financièrement tous les acteurs du territoire dans leurs démarches vertueuses, ambitieuses et innovantes.

Les actions de réduction des consommations

Des solutions pour réduire les consommations dans les bourgs des fleuves

Entre 2003 et 2009 le Programme régional pour la maîtrise de l’énergie (PRME) est intervenu dans les bourgs du Maroni pour sensibiliser les populations aux actions d’économie d’énergie, mais aussi de sécurité électrique.

Afin d’adapter au mieux cette action aux populations concernées (principalement des Bushinengués dans le Maroni et une population variée à Saint-Georges), une étude sociologique a été menée en préliminaire par Marie-Christine Zélem, professeure à l’université de Toulouse. À l’issue de l’action, Marie-Christine Zélem a procédé à son évaluation.

0
Lire la synthèse « Maîtrise de la demande d’énergie dans les bourgs du Maroni » (PDF - 2.87 Mo)
0
Lire le rapport complet « Évaluation de l’opération MDE Maroni » (PDF - 1.86 Mo)

La sensibilisation était menée par un binôme de médiateurs culturels par bourg, se déplaçant de maison en maison durant 3 ans. Afin d’ancrer le discours dans du concret, des lampes basse consommation étaient distribuées à l’occasion, en remplacement des lampes à incandescence qui étaient alors détruites devant les usagers. Cette action a réduit la pointe d’appel de puissance du soir, permettant de différer le renforcement des centrales électriques des bourgs.

Consulter les plaquettes de sensibilisation :

0
« Fayaman, son objectif : maîtriser l’énergie » (PDF - 2.41 Mo)
0
► « Suivez les conseils de Fayaman » (PDF - 2.42 Mo)

Une action similaire a été menée en 2012 et 2013 sur le bourg de Saint-Georges de l’Oyapock, dont un bilan a été réalisé (PDF - 1.41 Mo) .

Une sensibilisation de l’ADEME auprès des habitants des villages du Sud de la Guyane

Début 2018, 5 générateurs photovoltaïques ont été mis en service par la Communauté de communes de l’Ouest guyanais (CCOG) et EDF pour alimenter les villages amérindiens du Haut Maroni. 
L’ADEME accompagne les populations concernées pour les préparer à la venue de l’électricité et à la nécessaire démarche de maîtrise de l’énergie qui accompagne tout projet solaire :

  • adaptation des normes des installations électriques intérieures aux habitats amérindiens ;
  • sensibilisation à la sécurité électrique et à la maîtrise de l’énergie, avec EDF et les médiateurs de l’association KwalaFaya ;
  • mise en place de chantiers d’insertion afin de poser les installations électriques intérieure, avec l’association KwalaFaya ;
  • mise en place avec EDF de systèmes d’aide visant les appareils électriques les plus performants (éclairage, froid).
0
Télécharger les plaquettes de sensibilisation « Les bons conseils de Wapot peken » (ZIP - 4.9 Mo)

Des aides adaptées pour l’intérieur de la Guyane

L’électricité produite dans les bourgs coûte très cher : plus de 10 € par kWh, compensés par la Contribution au service public de l’électricité (CSPE). Les actions de Maîtrise de la demande électrique (MDE) y sont donc très rentables pour ce fond de compensation.
L’ADEME, EDF, la Collectivité territoriale de Guyane et l’État ont donc proposé, dans le cadre de la « Petite MDE » qui se déploie en 2019, des primes plus élevées pour les appareils électriques performants sur les communes de l’intérieur.
Ces aides compensent les surcoûts des équipements et les coûts de transport, afin d’éviter l’achat de matériels énergivores de l’autre côté de la frontière. Le programme inclut la collecte des appareils usagers ou anciens.