Nos partenaires

L’ADEME travaille notamment avec l’État et ses services, la collectivité territoriale de Guyane, les Établissements publics de coopération intercommunale (EPCI), les associations (dont l'association des maires de Guyane), les chambres consulaires, l’Université de Guyane, les organismes de recherche ainsi que les associations. Elle s’adapte aux contextes socio-économiques et environnementaux spécifiques à la Guyane.

Sommaire du dossier

Les associations

L’association « Actions pour une qualité urbaine et architecturale amazonienne » (AQUAA)

0

L’association AQUAA fait partie du réseau national Qualité environnementale du cadre Bâti (QECB), qui rassemble 23 centres de ressources.
Les centres de ressources, dont l’activité est dédiée à la qualité environnementale du bâtiment, ont pour rôle de permettre :

  • la mutualisation des savoirs et savoir-faire ;
  • l’accès à une information pertinente et reconnue ;
  • l’accès à des exemples et références avec objectivité, réactivité et proximité. 

    L’association AQUAA souhaite agir pour une meilleure intégration du développement durable et une réduction des impacts environnementaux dans l’acte de construire et d’aménager le territoire de Guyane.
    Pour cela, l’association s’est donnée pour objectif de promouvoir et de développer la prise en compte des notions de la qualité environnementale dans les opérations de construction de bâtiment et d’aménagement urbain.

    Les actions d’AQUAA

    Les principales missions d’AQUAA consistent à  :

    • recenser les opérations, acteurs et professionnels de la qualité environnementale ;
    • identifier l’offre de formation et les besoins de la filière ;
    • construire un centre de ressources techniques (fonds documentaire, base de données en ligne) ;
    • communiquer et diffuser l’information sur la Qualité environnementale amazonienne (QEA) ;
    • sensibiliser et informer la maîtrise d’œuvre, la maîtrise d’ouvrage aux enjeux de la qualité environnementale ;
    • apporter des informations, conseils et outils pour à la mise en œuvre de bâtiments à faibles impacts environnementaux ;
    • mettre en relation des professionnels du bâtiment, animer un réseau d’échanges, autour d’opérations exemplaires ;
    • travailler en synergie avec les autres centres de ressources régionaux pour mutualiser les connaissances.

    AQUAA possède aujourd’hui un réseau étendu d’acteurs de la construction et une expertise développée de la construction durable et bioclimatique. C’est pourquoi elle souhaite diffuser les pratiques constructives visant l’efficacité énergétique des bâtiments et accompagner les acteurs guyanais de la construction.

    L’ADEME met à sa disposition un ensemble de moyens et d’outils de communication, internes et externes : portail internet, extranet, plateformes collaboratives, base de données… Elle s’appuie également sur de nombreux partenaires : EDF Guyane, Conseil régional de l’Ordre des architectes en Guyane (CROAG), Maison de l’architecture Guyane (MAGUY) et CONSTRUCTYS.

    Le programme de formation AQUAA PRO

    L’ADEME accompagne le nouveau programme d’ingénierie de formation et d’information AQUAA PRO. Il vise la diffusion des procédés alternatifs de construction et de conception bioclimatique à Cayenne, Kourou et Saint-Laurent.

    Le programme AQUAA PRO s’adresse aux professionnels, acteurs des filières de formation professionnelle du BTP, professionnels de la conception du bâtiment, professionnels de la mise en œuvre et de l’exploitation des bâtiments.

    Le programme comprend cinq modules :

    • conception bioclimatique et efficacité énergétique des bâtiments ;
    • Reconnu garant de l’environnement (RGE) ;
    • terre ;
    • isolation de toiture ;
    • Chauffage-eau solaire individuel (CESI).

    Les sessions sont effectuées par un formateur expérimenté travaillant en collaboration avec les deux chargés de mission de l’association AQUAA (élaboration/adaptation des outils pédagogiques, animation, etc.).

    En soutenant ce projet, l’ADEME souhaite favoriser :

    • l’amélioration de la qualité constructive par la montée en compétence des professionnels de la construction ;
    • la diminution de la consommation énergétique et de l’impact de l’acte de construire ;
    • la mise en place de techniques permettant l’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments ;
    • l’émulation des professionnels de la construction autour du « bâtiment durable » ;
    • le renforcement des connaissances et des compétences des jeunes diplômés sur les techniques de construction durable.

    Pour plus d’information, consultez le site de l’association AQUAA, ou contactez :

    L’association « Maison de l’architecture de la Guyane » (MAGUY)

    0

    Créée en juin 2010, la Maison de l’architecture de la Guyane a pour objet de contribuer à la diffusion et la promotion de la création architecturale auprès des professionnels, des maîtres d’ouvrages et du grand public.

    Cette association contribue à l’élan des initiatives historiques menées en Guyane (telles que les formations, et les actions-cadres pilotes telle qu’Ecodom) qui ont conduit de nombreux professionnels de l’architecture à monter en compétence et à s’impliquer fortement dans la mise en œuvre d’une architecture plus durable

    Ainsi, l’association contribue à l’information et à la formation des architectes, au travers de manifestations, d’expositions, de visites et conférences, de voyages d’études, d’interventions dans les établissements scolaires et de publications.

    L’approche bioclimatique constitue un socle fondateur essentiel pour conduire un travail cohérent sur l’architecture durable. L’ADEME accompagne la MAGUY dans le cadre de ses formations annuelles portant sur :

    • la conception bioclimatique. Module de trois jours de sessions complémentaires et interdépendantes qui abordent la conception énergétique et le coût global, dans une alternance d’apports théoriques, exemples et études de cas ;
    • la construction bois en zone intertropicale. Module de trois jours de sessions complémentaires interdépendantes qui abordent la forêt et le bois, la conception des ouvrages et règle de l’art en bois le calcul et rédaction des cahiers des charges des ouvrages en bois en milieu tropical.

    ► Pour plus d’informations, consultez le site de l’association MAGUY, ou contactez-la par mail.

    L’association « Ranjé to bisiklèt » (RTB)

    0

    L’association Ranjé to bisiklèt (RTB) est l’un des 9 lauréats de l’appel à projets Économie sociale et solidaire lancé en 2017 par le ministère des Outre-mers.

    La création de l’association part d’un constat simple : en Guyane, les cyclistes, par manque de place, d’outils, ou de connaissances techniques abandonnent très rapidement la pratique de ce moyen de locomotion. Les vélos non utilisés finissent par être jetés.

    L’enjeu du déplacement à vélo est important, car il touche aux aspects sociaux (insertion sociale et/ou accès au marché du travail), économiques (alternative à la voiture et aux transports en commun, intégration aux plans de déplacement des salariés des entreprises) et environnementaux (non polluant).

    Par ailleurs, le déplacement à vélo, quand il est subit, est associé à de cruciaux manques de moyens financiers. La pratique n’est en effet absolument pas sécurisée (freins hors d’état de fonctionnement, roulements en mauvais état, roues voilées…).

    Porteuse du projet « La kaz a vélo », l’association a créé un atelier participatif de réparation de vélos, dont la mission principale est d’apprendre aux cyclistes à réparer et sécuriser son vélo.

    L’ADEME accompagne cette jeune association, dont les actions suivantes sont en développement :

    • création d’un atelier d’autoréparation dans le quartier de Cabassou, avec un dispositif de marquage Bicycode contre le vol ;
    • mise en place d’une plateforme de pièces détachées d’occasion, favorisant le réemploi et la réparation à moindre coût ;
    • récupération des vieux vélos et pièces détachées à la déchetterie de Rémire-Montjoly pour réemploi et/ou réparation et réutilisation ;
    • développement modes de déplacement en vélo, dont le vélo cargo ;
    • enseignement des règles de la conduite en bicyclette (trajectoire, savoir-être, règles de sécurité) ;
    • sensibilisation des scolaires sur la thématique du réemploi et de la réparation, et valorisation des métiers de la réparation comme des métiers d’avenir ;
    • organisation des campagnes de communication sur le réemploi et la réparation de vélos.

    Pour plus d’information, consultez le site de l’association RTB ou contactez-la par mail.

    L’association « KWALA FAYA »

    0
    Le nom de l’association « KWALA FAYA » rassemble les principales langues des deux fleuves frontaliers de la Guyane et est composé du vocable Wayãpi « KWALAi » qui signifie « soleil » et de celui issu du Sranan Tongo « FAYA » qui exprime l’énergie, l’« électricité ».

    La mission de l’association est de développer des solutions d’électrification rurale pour les sites isolés grâce à la mise en œuvre de formations à l’autoconstruction de kits solaires individuels, et de sensibilisations des usagers à l’utilisation rationnelle de l’énergie.

    Le champ d’intervention de l’association concerne les communes, bourgs et villages dits « isolés », et son action consiste à mettre en œuvre des installations photovoltaïques individuelles (en kit) autoconstruites « par les habitants, pour les habitants ».

    Le programme MAPOCK

    Le projet MAPOCK 2 a permis l’installation à Camopi et Trois Sauts de 42 kits pour éclairer et conserver les aliments au froid. Ce projet est financé par le Fonds européen de développement régional (FEDER) et suivi par l’ADEME.

    Le programme « Pirogue solaire »

    En Guyane, les fleuves représentent une voie de circulation pour 11 % de la population, soit une part importante des déplacements des communes de l’intérieur. Ces déplacements sont aujourd’hui touchés par des problèmes de sécurité, de confort, de régularité. En outre, ils génèrent de la pollution dans les fleuves.

    L’ADEME accompagne l’association KWALA FAYA dans un projet de construction d’une pirogue solaire qui sera testée entre les villages des rives du fleuve Oyapock et Saint George. Les habitants s’y rendent pour aller au dispensaire, à l’école, réaliser des démarches administratives ou encore faire des courses.

    La pirogue fonctionnera avec un moteur électrique et un système de batteries solaires. Celles-ci seront alimentées par des panneaux en toiture de la pirogue. Un système de station de recharge solaire sera également mis en place au niveau du ponton du village de Trois Palétuviers pour une seconde batterie, pouvant éventuellement permettre d’étendre l’autonomie en vue d’une extension du trajet jusqu’à Ouanary (50 km de Saint Georges).

    Pour plus d’informations, consultez le site de l’association KWAKA FAYA ou contactez-la par mail.

    L’agence d’urbanisme et de développement de la Guyane (AUDeG)

    0

    Dotée d’un statut associatif et d’une gouvernance partenariale, l’AUDeG accompagne l’aménagement et le développement de la Guyane depuis sa création en 1978.

    L’agence d’urbanisme est un outil d’études et de production d’expertise urbaine et territoriale au service de la Guyane, mais aussi un lieu de débat entre les différents acteurs du territoire.

    L’AUDeG est un acteur majeur dans la compréhension et la lecture de l’évolution urbaine des villes et la connaissance de l’aménagement du territoire (transports, urbanisme, habitat, foncier, politique de la ville, économie, environnement, patrimoine, architecture, paysage…).

    L’AUDeG possède les ressources suivantes :

    • cartothèque ;
    • photothèque ;
    • centre de documentation ;
    • portail géographique Géo Guyane.

    Une partie importante de la population guyanaise habite dans les villes de Cayenne et de Saint-Laurent où s’importent et se produisent des biens de consommation et de services. En conséquence, ces villes sont consommatrices d’énergie et émettent des gaz à effet de serre, dont du CO2, généré par la création des nouveaux quartiers, qui participent à la déforestation.

    Cayenne, les bourgs du littoral et Saint-Laurent sont aussi les principaux centres de décision de la Guyane et de création de ressources nouvelles. On peut donc envisager que le contexte urbain est pertinent pour observer les solutions proposées, à la fois vis-à-vis des enjeux du changement climatique et de la soutenabilité du développement.

    L’ADEME accompagne l’AUDeG dans son nouveau programme « Mémoire urbaine de Guyane », qui œuvre en faveur de la promotion de l’urbanisme durable et de la planification urbaine. L’enjeu consiste à associer les thématiques liées à l’urbanisme durable et au bâtiment bioclimatique. Il s’agit d’extraire, de la banque de documents de l’AUDeG, des aménagements exemplaires pour diffusion et accompagnement des acteurs chargés de l’aménagement du territoire sous la forme d’« Exemples à suivre ».

    Pour plus d’informations, consultez le site de l’association AUDeG ou contactez-la par mail.

    L’association Ancrage Guyane

    0

    L’Association nouvelle pour la création d’activités génératrices d’économie en Guyane (Ancrage Guyane) a fait le choix de s’organiser en un Pôle territorial de coopération économique (PTCE), conformément à l’article 9 de la loi relative à l’Économie sociale et solidaire (ESS) du 31 juillet 2014.

    Ancrage Guyane est un groupement de personnes physiques et morales qui a pour ambition de faciliter l’émergence et le développement de projets répondant aux besoins locaux, en termes de développement économique et solidaire, d’insertion sociale et professionnelle.

    Les objectifs de l’association :

    • favoriser l’insertion sociale et/ou professionnelle des publics en difficultés (diplômés ou non) ;
    • développer de nouveaux modes de coopération au service du développement économique local ;
    • promouvoir et soutenir l’émergence de projets d’Insertion par l’activité économique (IAE) sur l’ensemble du territoire ;
    • créer et consolider des emplois de qualité ;
    • renforcer l’attractivité du territoire en matière d’innovation sociale et solidaire.

    L’ADEME accompagne l’association ANCRAGE pour la mise en place d’une plateforme de mobilité sur le territoire de la Communauté d’agglomération du centre littoral de Guyane (CACL).

    La mobilité n’est réellement durable que si elle revêt également une approche économique et sociale. La dimension sociale est d’autant plus importante que la mobilité constitue un pilier essentiel de l’intégration sociale et de l’insertion professionnelle.

    La mobilité ne peut être réduite à des conditions de déplacements et des dimensions strictement infrastructurelles. Les conditions de mobilité tiennent compte de la condition sociale et du niveau de revenus des ménages, qui impactent de fait, de manière plus forte, les ménages à faibles revenus, ne disposant pas ou peu de moyens de locomotion et accédant difficilement aux transports en commun. En cela, les zones éloignées du cœur de l’agglomération, mais aussi les quartiers classés « quartiers prioritaires – politique de la Ville » sont également concernés.

    Cette plateforme de mobilité sera la porte d’entrée unique pour l’ensemble des questions relatives au déplacement des personnes en démarche d’insertion et/ou de formation. Elle permettra d’accompagner le bénéficiaire depuis le diagnostic mobilité jusqu’à l’obtention d’une mobilité pérenne.

    Pour plus d’informations, consultez le site de l’association Ancrage Guyane ou contactez-la par mail.